Treceți la conținutul principal

Brève relation d’un voyage en pays aroumain : République de Macédoine, Grèce et Albanie juillet 2015 par Nicolas Trifon avec Cristina Trifon et Stamatis Beis (4-7)

Brève relation d’un voyage en pays aroumain (4)

Premierea partie a lire a l'adresse suivante http://arhiva-romanilor.blogspot.fr/2016/02/breve-relation-dun-voyage-en-pays.html
Nimpheo (Nevesca) et sa « nouvelle cuisine aroumaine »



Platamonas, lundi 13 et mardi 14 juillet. Après avoir traversé la frontière grecque, nous nous dirigeons vers Platamonas, au sud de Thessalonique, au pied du mont Olympe, récupérer Stamatis Beis. Ensemble nous retournerons en République de Macédoine, mais de l’autre côté du pays, dans la région de Bitola.

A Platamonas, et en général en bord de mer, les autochtones se perdent un peu parmi les touristes serbes, ukrainiens, macédoniens et même grecs, ces derniers étant apparemment souvent plus fortunés que les autres. On ne voit pas la crise.



Cependant, à regarder plus attentivement les arrière-boutiques, à écouter les gens qui travaillent sur place avec lesquels s’entretient Stamatis pour s’enquérir des dernières nouvelles portant sur les négociations en cours à Bruxelles on devine une certaine nervosité, bien contenue. A peine une semaine venait de s’écouler après le succès retentissant du Non au référendum au moment où nous nous y trouvions, et Tsipras faisait une nouvelle volte-face en s’alignant sur les demandes des créditeurs. Stamatis a voté To Potami, pour l’Europe. J’apprends par lui que plusieurs amis communs du Kemo, (le centre qui regroupe les chercheurs en matière de langues minoritaire), font partie de Syriza et viennent d’être promus à des postes de responsabilité, ce qui ne les empêchent d’être sur des positions proeuropéennes. Pour ma part, je ne peux pas m’empêcher de regarder les choses aussi à l’échelle des Balkans et de me dire que, si par le passé l’Union européenne a pu être une chance pour la Grèce, partiellement ratée en fin de compte, certes, il n’en ira pas de même forcément pour les autres pays de la région qui ont récemment rejoint l’Union ou veulent le faire. Autrement dit, en matière de pouvoir d’achat, s’il n’y a pas d’amélioration spectaculaire à attendre dans ces pays, l’alignement progressif par le bas de la Grèce est tout à fait envisageable.



En route vers la Macédoine, je me rappelle d’un jeu de mots que Stamatis venait de me rapporter à propos de l’éphémère Principauté du Pinde, mise en place par Alcibiade Diamandi en 1941 sous la protection des occupants italiens alors que la Grèce était envahie : Athina vomvardisheashte, Sãmãrina protevuisiashte (Athènes est bombardée, Samarina capitale !) Autrement dit, le monde à l’envers : Athènes ne pouvait pas être bombardée en raison du respect des nazis, comme des alliés, pour ses monuments, tandis que Samarina, commune du Pinde située à 1600 m d’altitude dont était originaire Diamandi ne pouvait pas être une capitale. Décidemment, le comportement des Aroumains en Grèce a été souvent tout aussi controversé que celui de leurs compatriotes. La prochaine étape de notre périple va m’apporter la confirmation d’une évidence qui mérite toujours d’être rappelée.



Mercredi 15 juillet, Nimpheo

A Nimpheo (en ar. Niveasta puis Nevesca), située à 1350 m, où nous grimpons à travers une route en serpentines dans une région très boisée, sans rencontrer d’autres hameaux ou villages, nous aurons un exemple éloquent de ce comportement contradictoire et des bonnes et surtout mauvaises surprises qui attendent ceux qui ont tendance à envisager les Aroumains comme constituant un tout. La lecture des trois plaques apposées sur l’imposante église située au centre de la commune est sur ce point instructive.

La première remonte à 1867 :

« Cette église sacrée dédiée au nom du saint père saint Nicolas, évêque de Myra en Lycie, a été construite à partir de ses fondements par Mihas Tsirlis, son épouse Zoe et par ses frères à la memoire des leurs parents et des tous ceux qui ont contribué à son édification, originaires du bourg de Nevesca, au temps de l’évêque de Kastoria Nikiphoros, en 1867. »

Les deux autres ont été posées en 2002 :

« Monument à la gloire de ceux qui sont tombés pour leur foi et leur patrie les 29 et 30 août 1945. »

La deuxième est plus explicite :
« Cette eglise sacrée dédiée à saint Nicolas a été construite pendant la foundation de Nimpheo en 1385 et reconstruite de nouveau en 1867 par Mihas Tsirlis. Elle a été brûlée par les partisans en 1947 devenant ainsi l’autel de l’holocauste de ses défenseurs. En 1951 elle a été construite par l’Association des rédacteurs (journalistes) d’Athènes sous l’initiative de Nikolaos Mertzos. Grâce à Dieu, le grand mécène Nicolaos Sossidis, homme patriote, l’a restaurée depuis ses fondements et l’a dédiée a l’aube du troisième millénaire après J.-C. à la mémoire éternelle de l’hellénisme vlachophone et à ceux qui sont tombés pour la patrie pendant la période de l’évêque de Kastoria Seraphim.

L’archévêque d’Athènes et de toute la Grèce Christodoulos l’a inaugurée le 25 août 2002. »



Président de la Société d’études macédoniennes, le journaliste Nikolaos Mertzos se présente lui-même comme vlachos dans ses contributions très engagés en matière de patriotisme hellène dans le quotidien Kathimerini *. Cependant, les travaux de restauration de la commune, de la plupart des maisons et de la voirie, sont dus aux descendants d’une autre famille issue de Nimpheo, les Boutaris, apparentée à celle de Mihas effendi Thirlis, celui qui avait financé les travaux de 1867. De retour d’Egypte où il avait fait fortune dans le cotton, en 1864, il aurait ramené dans ses bagages 60 000 pièces en or.



La réhabilitation moyennant notamment des capitaux privés provenant de la famille Boutaris de ce « village métropolitain » bâti par des artisans et des marchands fortunés aroumains aux XVIIIe et XIXe siècles constitue une réussite assez unique, si nous laissons de côté un bourg comme Metsovo (Aminciu) qui doit sa prospérité de ces vingt dernières années à l’intervention de la Fondation Tositsa. Le trajet de la famille Boutaris - arrivée à Nimpheo de Kruševo, aujourd’hui en République de Macédoine, au XIXe siècle - est bien différent : à la tête de la compagnie Boutari, située à Naussa, Yannis Boutaris est maire de la très conservatrice ville de Thessalonique depuis 2012, lorsqu’il a été élu en indépendant, avec le soutien du Pasok). Nimpheo compte aujourd’hui plusieurs luxueux établissements hôteliers, de nombreuses maisons restaurées à l’ancienne, de vraies villas, plusieurs restaurants dont un propose des plats sophistiqués issus de la « nouvelle cuisine » aroumaine, mais seulement, en tout et pour tout, une cinquantaine d’habitants toute l’année, contre 3 500 à la fin du XIXe siècle (1895).



Notre interlocutrice sur place, une dame âgée qui tenait une boutique de souvenirs plus ou moins locaux, nous a bien fait comprendre qu’elle et les autres résidents permanents se sentaient assez seuls depuis quelques années malgré l’essor spectaculaire du bourg. Nous lui avons acheté une babiole, puis une seconde, puis elle nous a donné une troisième et encore une quatrième, puis elle a baissé le prix des deux premières, tout cela pendant qu’elle nous racontait la situation à Nimpheo. A 13 heures pile elle a fermé la boutique pour aller manger chez elle. On dit que les Aroumains sont avares, peut-être, mais alors la plupart de ceux que nous avons croisés étaient de sacrées exceptions.



Sans doute, les travaux de restauration entrepris, y compris la voirie avec des ruelles pavées à l’ancienne, ont transformé une commune en voie d’extinction en un centre touristique permettant de se faire une idée du temps jadis, mais, dans l’absence d’une vie locale, y compris sur le plan culturel, pour ce qui est des chants et des danses, le résultat est quelque peu artificiel. Un mois plus tard, à Bucarest, Florentina Costa, fine connaisseuse de la Grèce, où elle se rend souvent pour chanter, notamment en compagnie de Maneka, le « barde » de la chanson aroumaine, a attiré mon attention sur le fait que, pour les toits, on a trop souvent préféré la tôle moderne aux ardoises traditionnelles (en ar. ploci). Elle devait avoir raison, en partie tout au moins, puisque Stamatis nous a montré une ou deux maisons dont le toit allongé, en tôle justement, de couleur verte, avaient été construit dans un style architectural suédois, parce que leurs propriétaires avaient fait fortune en Suède au XIXe siècle.

Autre « curiosité » de Nimpheo : certaines indications publiques étaient rédigées en aroumain, ce que l’on ne voit nulle part ailleurs en Grèce, et, de surcroît, chose exceptionnelle dans le contexte grec, en caractères latins. Le manoir du magnat Tsirlis, une des attractions touristiques de la commune, récemment restauré, a été appelé « La soare » face au soleil.


A dix-sept km se trouvait Florina, mais on ne l’a pas traversée puisque nous avons pris la direction du point de frontière, en empruntant un itinéraire très tortueux conçu vraisemblablement en sorte de dissuader le voyageur de se rendre en République de Macédoine. Ceci n’empêchait pas les locaux des deux côtés de circuler, nombre d’habitants de Florina étant slavophones. On arrive à Trnovo (900 m), au XIXe siècle encore une des communes aroumaines situées dans les alentours de Bitola, on dort à l’hôtel Sumski Feneri, un établissement très confortable et décoré avec beaucoup de goût, au pied du Parc national Pelister, adresse dénichée par Stamatis dans un guide de voyage anglais qui précisait que le patron était vlasi. Nous l’avons assez vite repéré, au fond de la salle, loin de la terrasse du restaurant très animée. Il était originaire de Malovište (ar. Malovishta, Muluvishti), et son hôtel il l’a construit au fur et à mesure à partir d’un petit restaurant acheté il y a longtemps. Lorsqu’on l’a félicité pour l’aménagement très élégant de son établissement et le confort des habitations, il s’est empressé de nous dire qu’il n’a pas eu recours à un architecte, c’est son fils qui s’est chargé des plans et de la décoration intérieure. Avec ce dernier nous n’avons pas pu nous entretenir trop longtemps, il ne parle plus l’aroumain.



NOTE

* Cf. https://balkanstory.wordpress.com/2012/03/13/propaganda-about-the-vlachs/





Brève relation d’un voyage en pays aroumain. 5


A Malovište, sur les traces des Dunda, Ciomu et autres Passima



Jeudi 16 et vendredi 17 juillet. On reprend la route dans la matinée vers Malovište (1600 m). La sortie de la route asphaltée est introuvable. Finalement on s’arrête, bien trop loin, pour demander à un policier la route. C’est compliqué à tel point qu’il a la bonne idée de demander au chauffeur d’une voiture auquel il venait de mettre une contravention de nous conduire jusqu’à la petite route qui y mène. Comme partout, tout au long du voyage d’ailleurs, les gens sont très gentils. Après tours et détours, à travers la forêt, on aperçoit des maisons : quelques-unes encore debout, la plupart en ruine, abandonnées…



On arrive au centre de la commune, un carrefour, où je me gare avec grande difficulté, en pente, sous le regard menaçant de plusieurs vaches immobilisées dans les parages. Dans les alentours, on aperçoit des chevaux, des mulets, un âne, des gens qui s’affairent avec des sacs remplis de provisions qu’ils déchargent d’un petit camion. Cociu, le mari de la tante de Cristina, vient à notre rencontre, il nous attendait là depuis un moment. Il a travaillé plusieurs années en Australie où « il ne voyait jamais la lumière du jour » (puisqu’il travaillait la nuit !), nous a-t-on raconté à Bucarest à son propos. Cociu, Gramoshli de son nom, aura été notre hôte toujours disponible et notre guide tout au long de notre séjour. Le portail de leur maison s’ouvre, en fait les maisons sont toutes fermées, ce n’est qu’une fois le portail passé qu’on se retrouve dans un jardinet, toujours très propre, comme l’intérieur des habitations d’ailleurs, au confort très spartiate, si on laisse de côté celles occupées par ceux qu’on appelle en aroumain dans la région uikendashi, c’est-à-dire ceux ne s’y rendent que pendant les vacances ou les week-ends. En règle générale, les maisons sont très serrées les unes contre les autres, les espaces sont exigus, mais en les regardant attentivement on réalise qu’autrefois, avant 1913, nombre d’entre elles étaient coquettes, avec par exemple les mêmes ornements en fer forgé que l’on utilisait à la même époque en France. Il y a peu d’espace vert, tandis que les ruelles dallées en pente n’ont visiblement pas connu de changements majeurs depuis au moins un siècle.



Et Cristina et moi, nous sommes effarouchés par le côté littéralement bouseux de Malovište (en ar. Malovishta, Muluvishti, roum. Molovişte, gr. Milovista). Le contraste avec ce que ce bourg a pu être auparavant est frappant. Le père de Cristina, qui y est né, l’a admonestée en apprenant son intention de s’y rendre et d’y passer un moment : « Nous on est partis de là, et vous vous voulez y aller ? » Dans ma famille, côté paternel, il était souvent question de Malovište mais personne ne s’y est jamais rendu à ma connaissance. Mon père, mes tentes, sont souvent allés en Yougoslavie, à Belgrade où se trouvait une partie de ma famille, et aux quatre coins de ce pays dont ils parlaient couramment la langue, jamais à Malovište. Et moi et Cristina nous commencions à leur donner raison, heureusement Stamatis se montrait, lui, plus enthousiaste.



On enregistrait tout en filmant parfois nos interlocuteurs, surtout Draga, la tante de Cristina, qui s’exprimait dans un aroumain comportant des tournures et des intonations propres au parler régional de Malovište, ces matériaux étaient précieux pour les recherches dialectologiques de Stamatis, on arpentait les ruelles, on visitait tout ce qui pouvait être visité, surtout la Sveta Petka, enfin restaurée. Au cimetière, les noms de Paligora et de Gramoshli, comme Cociu, étaient les plus répandus. Cela étant dit, c’est au cimetière de Bitola que nous découvrirons la tombe de Cociu, en marbre noir, sur lequel figuraient son nom et celui de son épouse avec l’année de naissance uniquement…



Là je me suis subitement rappelé que lors de ma précédente visite, très brève, deux heures à peine, en 1986, j’ai tenté de me renseigner à propos d’éventuels tombes de mes arrière-arrière-grands-parents, ce à quoi mes interlocuteurs du coin m’ont fait comprendre, je ne me souviens pas des mots mais des gestes, qu’il était pour le moins extravagant d’imaginer trouver encore quelque chose plus d’un siècle après… L’autre chose dont je me souviens, c’est la première question qui me fut posée par le comité d’accueil venu à ma rencontre à l’entrée du village. « Avez-vous quelque chose à revendiquer ici ? » m’a-t-on demandé de brûle-point juste après avoir décliné le nom des familles du côté paternel, les Ciomu devenus Trifon de Sofia et les Dunda de Belgrade.  Ma réponse négative les a rassurés.



En sillonnant les ruelles, lors de nos déplacements, on est tombé sur un petit groupe de personnes, dont un couple à la retraite qui vivait en Australie et passait l’été à Malovište, qui bavardaient au seuil de la porte de leur maison. De fil en aiguille, ils n’ont pas tardé à « situer » Cristina et sa famille tandis que nous, nous avons compris que ces personnes étaient au courant du détail des sommes laissées en héritage aux différents membres de sa famille vivant à Bucarest par une tante de Cristina décédée quelques années auparavant à New York. L’information circule vite parmi les Aroumains vivant aux quatre coins de la planète.


1886 : et foule arracha la barbe du métropolite grec…

Une autre fois, juste avant de monter à travers la forêt vers l’église Ayia Ana, où les habitants de Malovište et des alentours se rendent les jours de pânâyr fête, on a aperçu derrière un muret assez élevé, posée sur une maison en assez bon état, mais apparemment pas habitée, une plaque comportant l’inscription « Ecole des jeunes filles grecques de la communauté grecque orthodoxe de Milovista, 11 Janvier 1911 ». En effet, si Malovište faisait partie des rares bourgs prospères d’artisans et commerçants aroumains où une école roumaine a pu être implantée, le parti grec n’était pas moins présent et influent. Enfant, j’ai entendu à maintes reprises parler de cet épisode héroïque qui a conduit à l’ouverture de cette école parce qu’une certaine teta Constantina, que je n’ai évidemment pas connue, y aurait participé. Le récit qu’en a fait par l’ancien instituteur Guşu Papacostea-Goga dans ses mémoires correspond presque mot pour mot à l’histoire que l’on racontait autrefois dans ma famille. La voici :

« En 1886 à Malovište, les-partisans du parti roumain, devenu majoritaire, ont investi l’école communale. Accompagné des gendarmes, le métropolite grec ne tarda pas à se rendre dans ce bourg. Ils firent irruption dans le local de l’école, jetèrent par les fenêtres les livres en roumain et procédèrent à l’arrestation de l’instituteur. La foule arracha la barbe du métropolite, ce qui entraîna d’autres arrestations. Sur la route de retour vers Monastir (aujourd’hui Bitola), le convoi fut suivi par les habitants de Malovište qui voulaient protester auprès du vali. N’ayant pas obtenu gain de cause, le maire et les membres du conseil communal envoyèrent une lettre au supérieur des lazaristes et au vali pour leur faire part de leur intention de reconnaître comme chef religieux suprême le pape. Mis au courant, le métropolite s’empressa de donner son accord pour l’école communale roumaine de Malovište. »



Après avoir traduit l’inscription grecque, en parlant de choses et d’autres, Stamatis nous apprend qu’à Thessalonique comme à Athènes on peut tomber sur des rues dont le nom est odos Milovistis ou encore odos Monasteriu. Voskopojë (en gr. Moschopolis) et Kruševo sont aussi à l’honneur, sans parler des bourgs aroumains situés en zone grecque tels que Perivoli ou Metzovo (ar. Aminciu). Rien de tout cela en Roumanie, ce qui rappelle, si besoin est, la distance qui sépare ces contrés habités par les Aroumains du pays des Roumains nord-danubiens, deux mondes réunis un temps, en partie artificiellement.



Dès les premiers contacts avec Malovište et tout au long de notre séjour, je n’ai pas eu de cesse de me demander comment et de quoi vivent les gens qui habitent tout le temps dans la commune. Sur les quelque cinquante maisons qui restent debout, plus de la moitié seraient habitées toute l’année. En 1900, on comptait plus de 500 maisons dans ce bourg commerçant florissant en ce temps dont le déclin est constant depuis la disparition de la Turquie d’Europe, dernier territoire du grand marché de l’Empire ottoman dans les Balkans au cœur duquel se trouvaient un bourg comme Malovište. De nos jours, sur place, les principales activités sont l’exploitation du bois vendu à la coopérative, et le ramassage des fruits de forêt. Un salaire mensuel conséquent est ainsi assuré à ceux qui s’adonnent à ce métier, même s’ils ne peuvent travailler que de mai à novembre. Les bûcherons, qui ont en charge également le Parc national Pilister, ont chacun trois à quatre chevaux de montagne et un mulet. Avec un peu de chance, on peut ramasser 70 de kilos de myrtilles et de mûres par jour.



Décidément, une fois qu’on a quitté Malovište, on ne revient plus et ceux qui y vivent encore espèrent la quitter un jour. Pourtant, il y a des exceptions. Cociu, notre hôte, s’y trouve mieux qu’en Australie, un oncle de mon père semble y être revenu, à en juger par une fontaine érigée en 1928 qui porte son nom, Taşcu Trifon Ciomu. L’oncle de Cristina, Tache Pasima (avec un seul « s »*), y est venu à plusieurs reprises et a même réalisé le buste de Constantin Belimace, le poète « national » des Aroumains né en 1848 à Malovište, que l’on peut admirer en montant vers l’église. Et, sommes toutes, nous faisons partie des exceptions, puisque nous sommes venus et, qui sait, nous y retournerons un jour…


A Bitola, avec Hristu Paligora

Hristu Paligora, lui, il vit et travaille à quelques dizaines de kilomètres plus loin, maintient des liens constants avec sa commune d’origine où demeure encore une partie de sa famille et c’est à ses initiatives en tous genres que Malovište s’est invitée dans l’actualité ces dernières années et c’est sur la poursuite de ses efforts que repose en grande partie l’avenir de Malovište. Nous l’avons rencontré à Bitola, où il nous a baladé dans les rues de la mahala quartier aroumaine de cette ville dont on disait qu’elle comportait le plus grand nombre de pianos à queue par rapport au nombre d’habitants, on a passé en revue les consulats honoraires d’antan rouverts symboliquement de la rue principale Chirok Sokak, visité l’imposante église Saint Dimitri, bâtie grâce aux dons de riches commerçants aroumains et dont le curé nous a salué pompeusement en aroumain, visité le cimetière aroumain, seul acquis « national » hérité de la période où l’État roumain apportait une assistance culturelle aux Aroumains et poussé la promenade jusqu’au site antique d’Heraclea.



C’est à Hristu, qui est, par ailleurs, chargé de la restauration des monuments historiques à l’échelle régionale, que l’on doit l’ethnofestival annuel de Malovište, manifestation qui n’a plus été renouvelée dernièrement, faute de financement, l’édition de plusieurs brochures et cartes postales, l’organisation de plusieurs ateliers d’artisanat (sculpture sur le bois, tissage), la surveillance des travaux qui ont eu lieu à l’église Sveta Petka, dont la peinture fut restauré grâce au soutien d’un autre Paligora, celui de Skopje. Il s’est montré plutôt réservé sur l’avenir, mais pas prêt d’abandonner. Dans de telles situations, a-t-on vraiment le choix ?



NOTE

* Les approximations des fonctionnaires publics dans l’enregistrement des patronymes aroumains, surtout lorsque leurs porteurs s’installaient dans un nouveau pays, ont pu parfois contribuer à la « division » des membres d’une même famille. La transcription en caractères grecs, cyrilliques ou latins et les « adaptations » nationales du nom d’une même famille dont les descendants se sont retrouvés dans différents Etats de la région lors de l’établissement des frontières actuelles a eu des effets encore plus prononcés. Tiberius Cunia raconte, par exemple, comment ses cousins germains s’appellent Kunievsky en République de Macédoine, Kuniević en Serbie et Kunias en Grèce. (Ilie Traian, Tiberiu Cunia, un Coresi aromân, Constanţa, Roumanie, 2002, p. 208.)





Brève relation d’un voyage en pays aroumain. 6

De Voskopojë à Shipska



Samedi 18 et dimanche 19 juillet. Après une brève halte à Sveti Naum, le monastère et ses alentours qui ont causé tant de soucis au colonel Ordioni lors de l’établissement des frontières définitives entre l’Albanie et la Serbie*, on passe la frontière et on roule sans s’arrêter jusqu’à Voskopojë, via Korcë (ar. Curceaua). Une fois arrivés, on s’installe dans la maison du curé de la commune, papu Thoma Samara, contacté auparavant grâce à une connaissance commune de Gjirokaster, Spiro Poci, juste à côté de l’église Saint Nicolas, sa paroisse.



Voskopojë est située sur un plateau, ce qui permet se faire une idée assez précise du riche passé de ce lieu. On y respire, pour de bon, ce qui permet d’effacer la déprimante Malovište que nous venons de quitter. Sur un point, le nombre élevé des maisons qui ne sont pas habitées toute l’année, des similitudes existent mais l’échelle n’est pas la même : sur les quelque 200 maisons, en pierre, récemment restaurées ou construites le plus souvent selon les normes anciennes à Voskopojë, rien à voir avec celles, en bien plus mauvais état, de Malovište, 140 sont habitées toute l’année, nous explique le prêtre qui officie dans cette commune dont il est natif et qui nous héberge. Sans doute le peu d’habitants qui restent à Malovište devront attendre longtemps pour connaître l’essor touristique actuel de Voskopojë, où se sont déroulées cette année, entre autres, les festivités de l’élection de Miss Albania. C’est également à Voskopojë qu’a eu lieu une grand-messe des Aroumains des quatre coins des Balkans au mois d’août 2010.

J’arrive ici pour la troisième fois. Autant sinon plus que le site lui-même, la chose qui m’a impressionné la première fois, en août 1991, fut la sobriété de ses habitants. Elle ressortait tant du récit aussi précis que possible, sans la moindre lamentation surfaite, des temps qu’ils venaient de traverser que du refus catégorique de toute aide. En sortant de chez Dhori Falo, mon hôte qui publiera quelques années plus tard la Trayedia ali Muscopuli [la Tragédie de Voskopojë] en albanais et en aroumain, j’ai dû recourir à mille stratagèmes pour faire accepter aux kyrielles d’enfants et à leurs parents qui nous entouraient les tablettes de chocolat, les paquets de café, etc., que nous avions amenés, alors qu’auparavant, tout au long de la traversée du pays, depuis la frontière avec le Monténégro en passant par Tirana, notre voiture était littéralement prise d’assaut à chaque halte. Le deuxième séjour dans ce pays, en août 2003, je le dois au lombago de Tacu Piceava, l’éditeur de la revue Bana armãneascã, qui m’a permis d’occuper le siège resté vide du minibus qui allait nous conduire en Albanie, après la Macédoine et avant la Grèce. Je serai toujours reconnaissant à Thede Kahl, l’organisateur de cette belle excursion, un véritable « retour au pays » pour nous, et à mes compagnons de voyage : Alexandru Gica, Evantia Bozgan, Zoe Geaca, pap Santa, Marilena, les Oane, les Grasu, Stila Beca, les Calintaru un certain Cola dont je ne me souviens pas très bien sans oublier Aurica Piha et Zoe Carabas que nous avons récupérées en route.

Depuis mon premier séjour, il y a presque un quart de siècle, l’Albanie a beaucoup changé et, quoi qu’on en dise, on ne peut que s’en féliciter, ce qui ne saurait évidemment faire perdre de vue les innombrables tares de l’après-communisme.



Une virée à Shipska

Dimanche matin, nous partons à pied pour une autre localité aroumaine située à deux-trois heures de marche, Shipska. A peine partis de Voskopojë, nous croisons un drôle de personnage, très âgé, confortablement assis sur son âne chargé de bois, que nous saluons en aroumain. Il nous interpelle à son tour : « Dites-donc, vous, qu’avez-vous fait de ce pays ? Eh ben, du temps de Hodja il y avait bien un docteur au village, n’est-ce pas ? Puis, toujours sous le coup du raki (boire du raki le matin semble faire partie des traditions locales ici comme en République de Macédoine), il suggère qu’on lui donne un billet. Je l’envoie balader, mais il ne semble pas fâché de nous avoir mis à l’épreuve : E tora shi voi gionji Allez, maintenant vous aussi, les jeunes ! » Vraisemblablement, il se rendait à Voskopojë parce qu’à Shipska il n’y avait plus de médecin.



Dès notre arrivée, au village, une vieille dame tout de noir vêtue, très alerte pour son âge, ouvre le portail et avance vers nous pour nous dévisager de plus près :

« Nous ne sommes plus que 10 familles (sur 70), nos enfants sont les uns « chez le Grec », les autres en Allemagne, s-asparse hoara, le village a éclaté, les jeunes partent, comment faire ? Bref, «  ma njinti era cama ghine » avant c’était mieux, puisque elle, comme sa mère, est née à Shipska, s’y est mariée, y a travaillé, y sera enterrée.... C’était dans l’ordre des choses, Hodja ou pas. L’hiver, elle le passe en Grèce, chez un de ses fils, auprès d’une kirielle de neveux. Elle le dit, comme si c’était traverser la rue pour aller deux maisons plus loin.

Les autres personnes rencontrées, plus jeunes, semblent accepter le nouvel « ordre des choses », parce que c’est ainsi, alors qu’avant c’était un « autre ordre des choses », et on avait fait avec, aussi. Tel est le cas de ce couple, la trentaine, de condition visiblement modeste, resté sur place, exploitant ensemble une petite ferme, lui travaillant comme tant d’autres dans le ramassage du bois, elle, tout sourire, contente de s’entretenir avec nous. Très ouverts, sereins aussi, les deux m’ont rappelé l’enthousiasme manifesté par un autre habitant de Shipska, rencontré à mi-chemin entre Voskopojë et Shipska, au volant d’un vieux tacot. Un peu surpris mais pas vraiment étonné de s’entretenir avec nous en aroumain (en rrmãneashte plutôt, ici en Albanie), il s’est montré résolument optimiste en nous expliquant qu’il n’était pas encore possible ici, comme à Voskopojë, d’être hébergé sur place (familly tourism ! dit-on déjà en Albanie), mais que cela viendra bientôt, l’année prochaine peut-être. Le modèle économique Voskopojë faisait des émules à Shipska ! En attendant le boom hôtelier à venir, il nous dit de passer chez lui quand il sera de retour pour goûter son raki, et même dormir…



Sur place, on constate que l’ancien système de canalisation des ruelles dallées semble fonctionner et qu’il n’y a pas autant de ruines qu’à Malovište, tandis que les quelques nouvelles constructions s’alignent en partie tout au moins sur les anciennes.



Moment fort du périple, l’arrivée au shopat, que l’on appelle ici fontana source d’eau, fontaine. L’eau y est aussi fraiche l’été que l’hiver, même température, on s’y désaltère en écoutant la musique de l’eau qui jaillit de trois robinets à la tête de lion en fer forgé. Le shopat est un motif récurrent dans la chanson traditionnelle aroumaine. C’est de shopat qu’il est question aussi dans la chanson interprétée par Cristian Ionescu, qui fut, à ma connaissance, la première chanson moderne ou plutôt modernisée aroumaine à succès en Roumanie, un véritable tube à la radio dans les années 2000 :

La mushatã armãnã/La shopatlu din vale/Totna cându nedzi/Inji badzi miraki mari

Ma belle aroumain/Chaque fois que tu te rends/A la fontaine de la vallée/Tu me rends heureux.**



Puis on visite l’église Ayu Yorghi. Construite avant celles de Muscopuli, les gens ici disent plutôt Vuscopuli, nous annonce la dame venue nous ouvrir accompagnée de sa petite-fille. Cette église, peut-on lire sur la plaque accolée au mur extérieur du bâtiment, a reçu un prix prestigieux décerné par Europa Nostra pour la qualité de la restauration dont elle a fait l’objet il y a quelques années avec le concours de la fondation de Yiannis (neveu d’Evanghelos, le ministre d’Affaires étrangères) Averof de Metsovo. L’originalité de son architecture a dû y contribuer aussi. Les fresques sont très belles, des couleurs gaies, des formes simples, suggestives, une certaine spontanéité inattendue pour ce genre de lieu de culte dans la zone où nous nous trouvons. Le cimetière, aux alentours, réunit des tombeaux en marbre blanc, récents pour la plupart, fort élégants, avec des noms et prénoms aroumains assez typiques. Je fais remarquer à Stamatis que les noms aroumains n’ont pas été slavisés (en ov) ni grécisés (en s). L’explication est toute simple, m’explique-t-il, la forme des noms en albanais est la même qu’en aroumain.

La dame, âgée peut-être d’un peu plus de 50 ans, nous raconte qu’elle a vécu une dizaine d’années à Selanik (la forme albanaise est utilisée souvent par nos interlocuteurs, qui n’ignorent pas pour autant, quand on leur demande, la forme aroumaine, dérivée du latin, pour Thessalonique, « Sãruna »). Pourtant, pendant tout ce temps, elle n’a pas appris le grec, puisqu’elle a évolué parmi des Aroumains. Elle n’a pas le profil « paysan », bien au contraire, et se contente de constater ce fait. Les réseaux sociaux aroumains en Grèce sont assez forts pour favoriser de telles situations, conclut Stamatis.



Les formules de politesse échangées avec les gens tout au long de la traversée du village rappellent celles, quasi rituelles, que l’on entend souvent dans les capitales de l’Europe occidentale dans la bouche des travailleurs immigrés s’adressant à des proches originaires des mêmes régions de l’Afrique subsaharienne. A vrai dire, c’est la première fois que j’ai réalisé le plaisir que ce genre d’échange peut procurer. Jusqu’ici je prenais ce genre de babillage pour futile sinon débile. Comme dans le cas des immigrés susnommés, les échanges de formules de politesse avaient lieu sur des positions d’égalité. A chaque nouvelle rencontre, Cristina déclinait nos profils : elle, aroumaine par la mère et le père (ce dernier a quitté Malovište à 7 ans pour Thessalonique avant de venir à Bucarest), moi, par le père, originaire lui aussi de Malovište, nés à Bucarest les deux mais installés à Paris. Originaire de Larissa, travaillant à Athènes, Stamatis avait, lui une grand-mère aroumaine, prénommée Canavara, de Krania (ar. La Cornu), en Grèce. Notre situation ne devait pas paraître très originale à nos interlocuteurs puisque leurs enfants ou petits-enfants qui s’étaient établis ailleurs conservaient avec eux un rapport somme toute similaire à celui que nous pouvions entretenir avec notre lieu de naissance, celui de nos parents, etc. Certes, chez eux le phénomène était plus récent puisque l’Albanie de l’après-guerre a été complètement fermée vis-à-vis du monde extérieur jusqu’à 1990. A deux reprises, à la question de leurs relations avec ceux partis travailler à l’étranger, s’ils revenaient les voir, on nous a rétorquée : « Oui, ils viennent nous voir, en vacances, comme vous, quoi. »

Le moins que l’on puisse dire est qu’au cours des entretiens que nous avons eu lors de notre séjour à Shipska la curiosité était réciproque et, je pense, le plaisir partagé. A un moment donné, et l’image a fortement impressionné Cristina, lorsque nous bavardions avec des paysans qui creusaient un puits, nous avons remarqué, à une bonne centaine de mètres, un jeune homme, en compagnie apparement de plusieurs membres de sa famille, qui nous observait à travers une longue-vue.



NOTES







Brève relation d’un voyage en pays aroumain. 7

Retour à Voskopojë


La situation en Albanie n’est pas facile pour les Aroumains. Dès lors que l’on met l’accent sur leur parenté avec les Grecs ou avec les Roumains, ils cessent de faire figure d’autochtones ce qui, sur place, est plutôt un handicap, un handicap relatif cependant puisque parfois compensé par les largesses tant des Grecs, en matière de permis de travail, que des Roumains, quand il s’agit notamment des bourses d’études.



Dimanche 19 juillet. Sur le chemin de retour, à l’approche de Voskopojë, juste après le pont qui date de l’époque ottomane, on demande la route à des ouvriers albanophones qui travaillaient la pierre, selon des techniques traditionnelles, sous un soleil de plomb, dans les chantiers de construction de nouvelles maisons destinées aux Albanais aroumanophones ou albanophones, originaires de la région ou d’ailleurs qui ont fait fortune depuis la chute du régime Hodja, contrairement aux personnes que nous venons de rencontrer lors de notre périple à Shipska. Je suis d’autant plus agréablement surpris par ces maisons qui s’intègrent bien dans le paysage et rappellent l’habitat traditionnel de cette commune que lors du précédent bref séjour à Voskopojë, en 2001, j’avais été choqué par plusieurs bâtiments d’un kitch parfait. L’urbanisme actuel, m’a-t-on dit, remonte à une date plus récente. Apparemment, en matière d’urbanisme, des efforts ont été faits et les permis de construction ont été accordés en fonction d’un plan général.



A peine arrivés à Voskopojë, nous avons été conviés à une petite collation servie dans le jardin de nos logeurs. La tourte préparée sur le champ, le fromage, tout était très bon, certains parmi les invités, des jeunes de surcroit, ce qui était surprenant, accompagnaient la collation d’un petit verre de raki. Parmi le convives, le fils du prêtre et sa fiancée, un cousin avec sa femme et ses deux enfants. Le premier avait fini la faculté de théologie à Athènes, et travaille dans une banque à Tirana, le second au service financier de l’archevêché orthodoxe albanais. Selon plusieurs sources, mais il n’y a pas unanimité, l’actuel archevêque de Tirana, Durres et de toute l’Albanie, Anastasios, serait plus « progressiste » que les autres hauts prélats grecs. Début février, Alexis Tsipras lui aurait même proposé le poste, plutôt honorifique, de président de la République grecque. Lors des discussions à bâtons rompus qui se déroulent en alternance en aroumain et en grec, les deux se montrent très ouverts, modernes, sans aucun complexe. A un moment donné, l’un d’entre eux m’a demandé, moi, puisque j’ai été présenté comme auteur de deux livres sur les Aroumains, comment résumer, en deux mots, « la question ». J’ai répondu aussi simplement que possible que les Aroumains sont aroumains et grecs en Grèce, aroumains et roumains en Roumanie, aroumains et albanais en Albanie, d’une part, et, d’autre part, autochtones en Grèce, Macédoine et Albanie, mais pas en Roumanie… Au cours du dernier millénaire, la langue a connu une longue évolution en parallèle, chez les futurs Roumains et Aroumains, sans qu’il y ait contact entre les deux. Le jeune Samara a même manifesté le souhait de faire un doctorat sur ce thème tout en exprimant ses craintes à propos des propagandes nationalistes qui ont cours dans les Balkans. Je lui ai conseillé de chercher à le faire via les instances européennes ou en choisissant des professeurs balkaniques neutres, sans rapport particulier avec le monde aroumain. Tout cela lors de la discussion que nous avons eu en aroumain.



Un peu plus tard, Stamatis m’a raconté comment il lui avait dit les mêmes choses en grec. S’agissant des Aroumains, de leurs « origines » et identité les convergences sont suffisamment rares pour que l’on éprouve un grand soulagement quand le cas se présente ! Leur situation en Albanie n’est pas facile. Dès lors que l’on met l’accent sur leur parenté avec les Grecs ou avec les Roumains, ils cessent de faire figure d’autochtones ce qui, sur place, est plutôt un handicap, un handicap relatif cependant puisque parfois compensé par les largesses tant des Grecs, en matière de permis de travail, que des Roumains, quand il s’agit notamment des bourses d’études.



En écrivant ces lignes, je n’ai pas pu m’empêcher de faire un lien avec le livre de Weigand* qui vient d’être traduit en roumain et surtout avec mon embarras devant une remarque de Kira : « Il ne s’agit, somme toute, que d’un journal de voyage, pourquoi lui accorder une telle importance ? » A vrai dire, ce que je suis en train d’écrire s’apparente aussi à un journal de voyage, ce qui est nouveau en ce qui me concerne. Certes, les journaux de voyages du XIXe siècle-début du XXe m’ont permis d’apprendre et de comprendre beaucoup de choses sur les Aroumains mais de nos jours est-ce que cela a encore un sens ? Je n’en suis pas certain et si je me laisse aller à un tel exercice c’est parce que les moments passés dans la compagnie de mes « coethniques » m’ont procuré un réel plaisir et m’ont permis de trouver un début de réponse à plusieurs questions que je me pose depuis longtemps. Il y a eu, par exemple, au cours de ces entretiens un moment de grâce pour moi. Il s’agit de l’échange de Cristina avec une grand-mère très âgée, toute frêle, droite comme un i, tout de noir vêtue, encore plus typée que les vielles siciliennes ou grecques les plus typées que l’on puisse imaginer. Le voici en aroumain : « Maie, di iu hi tine, iu erai fapta ? » D’où es-tu grand-mère, où es-tu née grand-mère ? lui demanda Cristina, ce à quoi elle semblait ne pas savoir quoi répondre. « Di care hoara hi tine ? » De quel village ou bourg es-tu ? « Em, ymnamu di auoa nclo, care shtie, cu oile… » D’ici, de là, je ne sais plus très bien, tu sais, avec les moutons…. En effet, pour ce qui est de sa génération, beaucoup d’Aroumains étaient encore semi-nomades, alors l’importance du lieu de naissance était toute relative vu les grands déplacements à la recherche du meilleur pâturage. Et il en sera de même pour bien des artisans, commerçants, professions libérales et intellectuels aroumains jusqu’à nos jours. Mon intérêt pour les Aroumains, indépendamment même des mes ascendances aroumaines, est dû, me semble-t-il, à la passion que j’ai voué à la mobilité, au peu d’importance que j’ai accordé aux préoccupations concernant le rapport à la terre, à la stabilité, à l’enracinement qui caractérisaient ceux de ma génération dans un pays comme la Roumanie.



Dire la messe en aroumain, voici une revendication rituellement avancée depuis plus de deux décennies par les associations militant pour la revitalisation du monde aroumain dans les Balkans. Les autorités ecclésiastiques des différents États concernés se sont bien gardées de donner suite à cette demande, mais dans les faits, cela est devenu possible au cas par cas lorsqu’il y a bonne volonté localement. Vue de Voskopojë, la situation m’est apparue comme autrement alarmante. « Nous n’avons pas de livre sérieux permettant de dire en aroumain la messe lors des mariages, des baptêmes, des enterrements, on le fait comme on peut, selon ce que chacun sait », m’explique le papu Samara, on me montrant un livre de prières édité à Paris dans les années 1980 dans un roumain aroumanisé difficilement compréhensible pour un aroumanophone. Et pourtant, lors de notre dernière soirée à Voskopojë, nous avons eu droit à un véritable mariage aroumain, plein de monde, certains venus de Grèce, la plupart de Voskopojë même. La messe était dite en albanais et en aroumain, les jeunes mariés étaient venus d’Athènes, où ils travaillaient, la cérémonie ayant commencé immédiatement après leur arrivée en voiture.



Epilogue :

à Pefkohori, j’ai même rencontré des Aroumains heureux !


Sur le chemin du retour, en Grèce, nous faisons escale à Pefkohori chez les Mantsu, avec lesquels nous étions à Punikva, pour nous relaxer, enfin, après les innombrables allers-retours au carrefour des trois pays traversés, avant de prendre le chemin de retour vers Bucarest. La Chalcidique est de plus en plus bétonnée, mais la mer tout aussi belle qu’il y a vingt ans quand je suis passé par ici. Dans le village ou nous séjournons, il reste encore un minuscule quartier ancien, très animé, dans la belle tradition grecque. Lorsque Kira, notre hôte, nous fait visiter les alentours, nous sommes littéralement épatés : elle vit à Francfort, les gens qui ont construit l’immeuble où elle habite en été, que nous croisons, sont des Albanais aroumains de Korcë qui travaillent depuis un bon moment dans la région, et ont fini par s’y installer, à la plage, nos voisins sont un couple de Grecs aroumains dont le mari travaille à la mairie, le soir, en nous promenant, nous tombons sur plusieurs membres d’une famille toujours aroumaine qui vit à Paris le reste de l’année. Et oui, on entend des gens parler l’aroumain dans ce coin perdu de la Chalcidique. Tout cela dans une atmosphère de détente, sans suspicion ni tension. Les retrouvailles dans ce genre, qui signifient une nouvelle recomposition des circuits aroumains là on ne s’y attendait plus, procurent plus de plaisir et rassurent davantage que les petites avancées en matière de sanctuarisation des lieux d’origine qui nous tirent vers un passé prestigieux peut-être, commun certes, mais révolu et nous empêchent de vivre le pays aroumain là où nous nous trouvons, tels que nous sommes aujourd’hui.


Décidément, à Pefkohori, loin du pays aroumain, j’ai même rencontré des Aroumains heureux !















Comentarii

Postări populare de pe acest blog

26 februarie 2014 Klaus Werner Iohannis, care se vrea premier sau preşedinte al României, are şi cetăţenie germană!

Editorial Porumbacu a scăpat porumbelul: Klaus Werner Iohannis, care se vrea premier sau preşedinte al României, are şi cetăţenie germană! Posted by on 26 februarie 2014 Partajare99 Constituţia României nu-i permite lui Iohannis Klaus Werner să ocupe funcţia de ministru, prim-ministru şi nici preşedinte al României, fiindcă are dublă cetăţenie!
  Lui Crin Antonescu i-a scăpat, în data de 23 februarie a.c., la emisiunea „După 20 de ani” a unei televiziuni private, o afirmaţie foarte gravă: „(…) câtă vreme şi Traian Băsescu vorbeşte despre faptul că, în condiţiile în care nu intrăm în Schengen din cauză că nu vrea Germania, prezenţa unui om, nu doar etnic german, ci şi cu cetăţenie germană, cum este Klaus Iohannis (…)” (http://www.romaniatv.net/crin-antonescu-arunca-in-aer-usl-mai-devreme-sau-mai-tarziu-klaus-iohannis-va-fi-premier-in-locul-lui-ponta_128519.html#ixzz2u8L8UnT0) Mai clar decât atât nu se poate: Klaus Werner Iohannis are cetăţenie germană! Păi, atunci cum…

Raluca Prelipceanu. Conferință- Migrațiune și mentalități – un sfert de veac de tranziție și bejenie

Conferința cu tema Migrațiune și mentalități – un sfert de veac de tranziție și bejenie susținută de doctor în științe economice Raluca Prelipceanu, a fost o surpriză totală pentru auditoriu. În primul rând deoarece Raluca Prelipceanu și-a luat masteratul și doctoratul la Sorbona cu o temă similară, în urma unei ample cercetări făcute direct pe teren, vreme de mai mulți ani, în mai multe țări europene, SUA și Canada, după care i s-a propus să lucreze la Banca Mondială sau ca înalt funcționar în domeniul economic la Bruxelles.
A refuzat, după ce s-a convins de duplicitatea și fariseismul acestor instituții și a revenit în România să ajute la reconstrucția economică a țării. Dezamăgirea a fost totală, întrucât, la nivelul ei de instrucție, nu s-a găsit un post în care să fie angajată ca să-și poată dovedi utilitatea și să-și câștige cinstit și demn o pâine. Așa se face că a intrat în monahism, la o mănăstire din apropierea orașului Câmpeni, pentru a putea să-și continue cercetările econo…

Biblioteca Digitala a Bucurestilor Colecţii > PUBLICAŢII PERIODICE